Le tout premier tournoi de cartes débute en Arabie Saoudite

Riyad a reconnu le populaire jeu de cartes saoudien Baloot et a lancé son tout premier tournoi national de cartes dans la capitale. Pour l’occasion, un tournoi annexe de Belote a été organisé avec la participation du bridge club saint honoré qui a fini en 2e place au championnat de France de la discipline. Une première édition qui a bien tenue ses promesses.

Le premier championnat national de Baloot s’est tenu au Centre d’études et de recherches pétrolières du Roi Abdallah à Riyad du 4 au 18 avril.

Selon l’Autorité sportive générale saoudienne, les quatre meilleurs joueurs ont reçu des prix d’une valeur totale de plus de 270 000 $, dont 133 350 $ pour le gagnant.

Selon les médias saoudiens, plus de 12 000 personnes participent au tournoi. Plusieurs personnalités de premier plan se sont rendues sur les lieux du tournoi, a rapporté Al Arabiya.

Le jeu de cartes, semblable au jeu français de Belote et de Rami joué en Inde et au Pakistan, est populaire auprès des hommes saoudiens de tous âges et est souvent joué par les jeunes dans les lieux ouverts des quartiers saoudiens et même lors de réunions amicales, de réunions familiales et de mariages. Il était considéré comme tabou par beaucoup dans la société saoudienne et comme un jeu addictif qui privait de la bénédiction de Dieu.

« C’est un jeu ancien qui s’est transmis de génération en génération, et ce championnat va progressivement étendre la culture du ballet au monde arabe, et peut-être même plus loin, au niveau international », a déclaré Aiman Turkistani de La Mecque à Arab News.

Une bonne nouvelle pour la Belote aussi, ce jeu que certains disent à l’origine du Baloot, qui connait un regain d’intérêt en France et maintenant à l’étranger.

Ces dernières années, les inscriptions à la fédération français de Belote ont augmentées de 10% chaque année depuis 2016. Un succès en partie attribué aux jeux en ligne, et évidemment à la belote en ligne, qui permet à plus de gens d’accéder au jeu et de jouer sans avoir à se déplacer de chez eux.